Crise sanitaire et santé respiratoire : comptons, plus que jamais, sur le digital !

La crise sanitaire liée à la covid-19 démontre la nécessité où nous sommes désormais de prendre le virage du numérique, pour une meilleure qualité de suivi des patients malades chroniques.

«La crise sanitaire a mis en défaut notre capacité, soignants comme patients, à maintenir un parcours de soins fluide et sans rupture. Nous devons en tirer les leçons et encourager le développement des nouvelles technologies en support, gage de continuité du parcours de soins pour tous. Dans ce contexte, le développement de la téléconsultation doit être encouragé. Celle-ci offre un accès démocratisé au plus grand nombre, à condition d’être financée par l’Assurance maladie, sans reste à charge pour le patient. La multiplication des points de téléconsultation physiques (cabines connectées, par exemple) est un autre moyen pour assurer la continuité du parcours de soins, notamment dans les déserts médicaux, au même titre que les innovations technologiques, tels l’accompagnement kinésithérapique et l’activité physique adaptée en visio, ou encore le transfert automatique de l’ordonnance vers la pharmacie avec la livraison à domicile des prescriptions.

Les centres hospitaliers, mais aussi la médecine de ville, n’ont pas d’autre choix que de prendre le virage du numérique et d’adopter des solutions pour une meilleure qualité de suivi de leurs patients malades chroniques. À l’aide de la téléconsultation, bien entendu, mais aussi en s’appropriant des solutions de télésurveillance qui permettent de suivre au jour le jour les constantes et d’autres paramètres clés. Enfin, délivrer une information fiable et personnalisée est primordial. Ici entrent en jeu les as- sociations de patients, qui peuvent offrir des services multicanaux (SMS, email, web, webTV) aux malades désireux de recevoir une informa- tion de qualité et rassurante, en temps de crise comme en cas de pic de pollution, par exemple. Les associations peuvent également conseiller leurs adhérents sur des applications mobile, des sites web ou autres, capables de les accompagner lors de séances de méditation, de coaching en ligne, de gestion du stress et de l’anxiété, ou d’informations sur la qualité de l’air. »

Vincent Daffourd, vice-président de l’association Santé respiratoire France

Retrouver le journal de Santé Respiratoire France : https://sante-respiratoire.com/wp-content/uploads/2020/10/Journal_Sante-Respiratoire-France_Oct-2020.pdf